Semaine des victimes et survivants d’actes criminels 2016

Posted lundi mai 30, 2016 by Gateway

 

Semaine des victimes et survivants d’actes criminels 2016 : sensibiliser, informer et aiguiller les immigrants francophones

 

Toronto. La Passerelle-I.D.É. lance « La puissance de nos voix », une campagne dans les médias sociaux destinée à sensibiliser, informer et aiguiller les immigrants francophones afin qu’ils aient un meilleur accès aux ressources et aux soutiens disponibles pour les victimes et survivants d’actes criminels. Grâce à un financement de Justice Canada, cette campagne est une contribution à la Semaine de victimes et survivants d’actes criminels, tenue à travers le Canada du 29 mai au 4 juin 2016.

« Les immigrants, surtout les nouveaux arrivants sont souvent pris dans diverses démarches d’emploi, de logement, d’éducation pour les enfants lorsqu’ils viennent de s’établir et qu’ils essaient de se faire une nouvelle vie au Canada, on ne songe jamais à ce qu’un jour on pourrait avoir besoin de soutien si un crime devait frapper sa vie », a déclaré Mme Léonie Tchatat, Directrice générale de La Passerelle-I.D.É. « Cela est aggravé lorsqu’on est immigrant francophone dans une province à majorité anglophone ».

Combinant des médias sociaux tels Twitter et Facebook, ainsi que ses listes d’envois électroniques, La Passerelle-I.D.É. disséminera des informations clés devant être connues de toute personne ou famille vivant au Canada. Les informations comprennent des renseignements sur la législation qui protège les victimes et survivants, ainsi que sur les services et ressources du gouvernement et communautaires leur étant disponibles en français.

« Un sur sept immigrants est affecté par un acte criminel au Canada, mais seulement 1,5 % des victimes font recours aux soutiens à leur portée. Notre campagne cette semaine vise à outiller les immigrants francophones pour qu’ils soient en mesure de mieux répondre à une éventuelle situation de ce type », a conclu Mme Tchatat.

La campagne « La puissance de nos voix » invite les membres de la  communauté franco-ontarienne à s’informer sur ce sujet important et à participer à un concours dont les prix seront annoncés  sur nos réseaux sociaux. Nous convions tout le monde à suivre le hashtag #SemaineDesVictimes sur Twitter et sur Facebook cette semaine et à partager amplement dans leurs réseaux les renseignements qui seront disséminés dans le cadre de la campagne.

Depuis quelques années, La Passerelle-I.D.É. collabore de près avec Justice Canada et avec des partenaires experts du milieu des services juridiques dont les associations de juristes francophones de plusieurs provinces afin d’améliorer l’accès accès à la justice pour les familles immigrantes francophones à travers le pays. Ces initiatives ont comporté des ateliers culturellement adaptés pour l’accès à la justice en français en milieu minoritaire effectués en Ontario, au Manitoba, en Alberta, en Nouvelle-Écosse et en Colombie-Britannique, ainsi qu’une grande foire de carrières en justice pour les jeunes immigrants francophones du Grand Toronto.

Faits en bref

  • Un sur sept immigrants sont victimes d’actes criminels au Canada.
  • Seulement un tiers des actes criminel sont signalés aux autorités policières.
  • Seulement 1,5 % des victimes utilisent les services d’aide disponibles.

Source : Justice Canada

 

 

Victims and Survivors of Crime Week – Awareness Raising, Information and Referrals for Francophone Immigrants

 

Toronto. La Passerelle-I.D.É. launches today “The Power of Our Voices”, a social media awareness-raising campaign to inform and guide francophone newcomers to better access resources and supports available to Victims and Survivors of Crime. Thanks to the financial support from Justice Canada, this campaign is part of “Victims and Survivors or Crime Week”, held across Canada from May 29 to June 4 2016.

“When they first arrive in Canada, immigrants and especially newcomers are often busy finding work, housing, and school for their kids, as they wrok to settle and create a new life here in Canada. No one dreams that they may someday be in need supports following a criminal incident,” declares Mme. Léonie Tchatat, General Director of La Passerelle-I.D.É. “This problem is further complicated for Francophone immigrants, who are living as linguistic minorities in a predominantly English-speaking province.”

Using both Twitter and Facebook, as well as online mailing lists, La Passerelle-I.D.É. is broadcasting key information that everyone living in Canada should know. This includes information on how the law protects victims and survivors of crime, as well as information on the resources and services (both governmental and community) available in Ontario in French.

“One out of Seven immigrants is impacted by a criminal incident in Canada, but only 1.5% of victims take advantage of support services available to them. This week’s campaign aims to equip Francophone immigrants so that they are able to better to manage whatever situations may arise” concludes Mms. Tchatat.

The campaign “The Power of Our Voices” invites members of the Ontario Francophone community to inform themselves on this important topic and to take part in our contest (prizes announced on our social media). We ask everyone to use the hashtag #SemaineDesVictimes (#VictimsWeek)on Twitter and Facebook this week and to share widely in their networks posts throughout this campaign.

For many years, La Passerelle-I.D.É. has worked closely with Justice Canada and with expert partners working in justice, including the Associations of French-speaking Jurists in several provinces, in order to improve access to justice for francophone immigrant families across the country. These initiatives incorporate culturally adapted workshops to improve access to Justice in French for linguistic minorities delivered in Ontario, Manitoba, Alberta, New Brunswick, and British Colombia, as well as a major career fair for Careers in Justice for Francophone immigrant youth in the Greater Toronto Area.
Key facts
• 1/7 immigrants are victims of criminal incidents in Canada.
• Only 1/3 criminal incidents are reported to the Police.
• Only 1.5% of victims use the supports services available to them.
Source : Justice Canada

Comments are closed.